Mécanophilie : Quand l’amour des voitures est trop fort

La voiture est une source de joie et d’orgasme pour ces personnes, mécanophiles.

La sensation que procure la Mécanophilie

Faire l’amour révèle d’une sensation unique, un sentiment partagé entre deux personnes. La sensation qu’elle procure est tellement forte qu’il est parfois tentant d’en tester sur autres choses dont les objets, sa voiture par exemple. La mécanochimie est l’attirance sexuelle qu’une personne à pour les machines tel que les vélos, les voitures et autres. Le site mandataireauto.net vous dit tout sur ce phénomène moins connu mais qui existe.

La mécanochimie : une autre façon de se donner du plaisir.

Les actes sexuels sont en pleine croissance. Le sexe est devenu un sujet sans tabou. Le sens vertueux est dévolu, la morale a disparu et la souveraineté du mal arrive si vite. Il n’est donc pas une surprise de voir fréquemment certaines pratiques sexuelles autrefois interdites, condamnées ou réfutées. Le sexe oral (fellation ou cunnilingus), la masturbation, la sodomie, l’échangisme, l’homosexualité, les rapports sexuels pendants les règles sont des exemples. Ces éléments n’arrivent pas à satisfaire ou ne conviennent pas à d’autres personnes qui recherchent leur plaisir autrement. De là se sont installées les déviances. Il en existe de plusieurs types et de degré varié des plus insolites aux plus inimaginables. La mécanochimie en fait partie.

 

Avoir une attirance sexuelle pour un objet reste un acte improbable. Et aller jusqu’à lui faire l’amour, relève au-delà d’une insolite, quelque chose d’incompris. Pourtant certaines personnes s’y trouvent un grand plaisir. La tendance prend petit à petit de l’ampleur et faire l’amour avec sa voiture devient une priorité pour eux. Les cas de mécanochimie sont légion et les gens préfèrent une voiture à une femme. Tomber amoureux de sa voiture est un fait réel. Il s’agit d’une forme de paraphilie, toute pratique sexuelle différente des actes normaux, où l’âme-sœur n’est rien d’autre que la voiture. La mécanochimie concerne également les vélos, les tracteurs, les aéroplanes et tout objet mécanique inanimé. Les personnes pratiquants ces actes le font souvent avec la carrosserie, en prenant leur voiture par derrière comme si c’était une femme. L’amour avec sa voiture paraît dans ce cas très fort et sensationnel.

 

La mécanochimie, un problème psychologique en amont.

Au-delà d’un fait insolite comme les autres déviances sexuelles, il faut nuancer le déséquilibre mental souvent retrouvé chez ces mécanophiles. En effet, la plupart de ces personnes ont des problèmes psychologiques, un véritable problème de société. Les étiologies de la dépendance sexuelle sont entre autres la faible estime de soi, la peur de l’amour, la peur de l’amour, la colère dissimulée, les blessures affectives non guéries et les attentes irréalistes.

La mécanochimie, une maladie curative. On peut bien être guérir des déviances sexuelles. Se passer de la mécanochimie est bien possible. Pour cela, il faudra éduquer le patient sous 3 aspects afin que la peur de l’intimité soit conjuguée au passé. La confiance, l’engagement et la communication. Ce sont les piliers d’une approche de solution pour traiter ceux qui souffrent de ce mal. Les soutiens psychologiques à travers une psychothérapie apportent.