Circulation alternée : Quelles sont les villes concernées ?

Circulation alternée, une solution contre la pollution !

L’évolution spectaculaire de l’homme en matière de technologie est accompagnée malheureusement de la pollution, un véritable cancer pour la nature. Tout le monde est aujourd’hui conscient de la situation. Et les dirigeants essaient de trouver des solutions pour réduire l’émission de gaz à effet de serre. Les voitures faisant partie des grands pollueurs de la planète, la circulation alternée se trouve être l’une de ces solutions adoptées par la France. Mais qu’est-ce que la circulation alternée ? En effet, le principe de la circulation alternée est facile à comprendre : c’est une stratégie qui consiste à ce que les véhicules dits légers (voitures, motos, scooters) aux immatriculations impaires circulent les jours impairs, ceux qui ont des immatriculations paires, circuleront les jours pairs. Ainsi, tous les véhicules dont l’immatriculation finit par un chiffre impair ne vont pas quitter le garage les jours impairs. Cependant, la circulation alternée n’a jamais été option votée à l’unanimité. Ainsi, outre les vingt-deux (22) communes concernées par la circulation alternée à part Paris, les autres villes françaises en sont épargnées… pour le moment. Il faut noter que ce n’est pas une décision facile à prendre par les autorités compétentes. À titre illustratif, quelqu’un qui a une voiture d’immatriculation impaire alors qu’on est à un jour pair, avec un agenda chargé, il serait difficile qu’il comprenne qu’on lui demande de laisser sa voiture garée et de prendre taxi ou un moyen de transport en commun. Même s’il est conscient du bien-fondé de cette décision, ce serait forcément une pilule difficile à avaler. C’est l’une des raisons pour laquelle la stratégie de la circulation alternée est déployée très souvent pour une seule journée. Pour que cette solution soit mise en place et acceptée de tous, il faut :

  • Montrer l’importance de cette solution au-delà du possible changement d’habitude
  • Faire une sensibilisation sur les chaînes de télévision et surtout sur les réseaux sociaux pour toucher la majorité de la population
  • Trouver des solutions alternatives pour faciliter le déplacement des propriétaires de véhicules qui seront frappés par la décision

Quelles sont les villes concernées ?

La circulation alternée, malheureusement ou heureusement, n’est pas concernée par tout le monde. Après de multiples demandes de la mairie de Paris d’instaurer la circulation alternée, elle a enfin eu gain de cause. Ainsi, la circulation alternée s’applique dans la ville de Paris et 22 communes, qui sont :

  • Dans les Hauts-de-Seine (92) : Montrouge, Malakoff, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Clichy.
  • En Seine-Saint-Denis (93) : Saint-Ouen, Pantin, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Aubervilliers, Saint-Denis
  • Dans le Val-de-Marne (94) : Vincennes, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont, Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Gentilly.

Néanmoins, des exceptions ont été faites pour les conducteurs de certains véhicules. Ainsi, quelle que soit l’immatriculation, ils pourront circuler en toute quiétude dans Paris et les 22 communes suscitées. Il s’agit :

  • Les véhicules considérés comme « propres » c’est-à-dire, les véhicules électriques, hybrides, et ceux qui fonctionnent au gaz…
  • Les voitures qui transportent au minimum trois personnes
  • Les véhicules de mission des services publics comme les véhicules des sapeurs-pompiers, des forces de l’ordre, des ambulanciers, d’handicapés, de médicaments…
  • Les autocars et les véhicules de transport en commun tels que les taxis, voitures de tourismes avec chauffeur, les voitures d’auto-école.
  • Les véhicules chargés de l’approvisionnement des populations (alimentation, camions frigorifiques…)
  • Les véhicules et engins de chantier, de dépannage, de nettoiement, bennes à ordures, transports de fonds, de journaux, …
  • Les véhicules de certains professionnels comme les représentants de commerce et les journalistes peuvent utiliser leur voiture personnelle pour se rendre à leur lieu de travail
  • Les camionnettes et utilitaires de moins de 3,5 tonnes
  • Les véhicules immatriculés à l’étranger…

Notons qu’il y a des solutions alternatives qui s’offrent aux victimes de la circulation alternée. Parmi ces solutions, l’on peut citer : les transports en commun, le covoiturage, les taxis et VTC, la location de voiture… Il est important de rappeler qu’en cas du non-respect de la règle de circulation alternée, des amendes sont prévues pour décourager ces conducteurs. De ce fait, toute infraction est passible d’une contravention de 2e classe ce qui équivaut à une sanction pécuniaire allant de 22 à 35 euros. Elle est spécifiée en fonction du délai mis pour régler l’amende. Aussi, si le paiement de la contravention dépasse 72 heures, le véhicule en infraction risque d’être immobilisé ou mis en fourrière. La préfecture de police s’est donné les moyens pour faire respecter cette règle en installant une centaine de points de contrôle et plus de 750 personnes mobilisées. Toutes ces mesures ont payé car, selon Airparif, la circulation alternée a permis une baisse conséquente de la pollution.

En conclusion, il est clair que la circulation alternée n’est pas ‘’LA’’ solution pour lutter contre la pollution mais elle est sans aucun doute, UNE solution pour un début, en attendant de trouver, de meilleures mesures.